La hantise, tout le monde les craint ces deux là !!!

Et pourtant, oh combien il faut les choyer, mais pas forcément toujours…

On commence par ce rappel.

Les couleurs restituées par un appareil photo ne sont, parfois, pas tout à fait réalistes. C’est un vrai stress pour beaucoup de vendeurs sur le net. Ils n’ont pas tort car avoir des couleurs sensées, évite bien des déconvenues et des soucis. Donc, l’idée est de s’en rapprocher le plus possible.

Il faut distinguer 2 finalités : le digital et l’impression numérique ou offset (traditionnelle).

  • Le digital :

    L’élément à ne pas oublier est qu’il est inutile de viser la restitution parfaite des couleurs. Ben oui, les écrans sont différents les uns des autres, donc le résultat que vous aurez sur votre écran ne sera pas le même que sur un autre. L'objectif est d’en être satisfait, au moins sur le vôtre.

    Voici une méthode facile, qui améliorera vos rendus de couleur sans trop se prendre la tête. Notez que les puristes m’en voudront, car c’est une méthode à la hussarde, mais elle dépannera certainement les novices.

    La méthode étape par étape :

    1 - Avoir le produit à côté de soi et surtout à la lumière du jour, de préférence par temps nuageux. En effet, la lumière du soleil en direct change légèrement les couleurs. De même, si vous êtes à l’ombre par temps ensoleillé, celle-ci aura tendance à bleuir le produit.

    1. Dans photoshop, ouvrez la fenêtre des courbes (image/réglages/courbes), cliquez sur une des 3 pipettes : celle de droite sur une zone de blanc ou celle du milieu sur une zone de gris ; celle de gauche est celle du noir, mais elle n’est pas utile. Attention de bien viser sur une zone où il y a effectivement du “vrai” gris ou du blanc pur. Vous pouvez changer de zone, jusqu’à obtention du résultat recherché. Quand vous êtes bon, cliquez sur “ok”.

 
 

2 - Vous avez maintenant des nuances qui se rapprochent de la réalité.

Il faut alors affiner. Il y a certainement beaucoup de couleurs qui vous semblent correctes sauf, sans doute, une ou deux. Ce qui est bien avec ce logiciel, c’est qu’il est possible d’intervenir sur certaines couleurs en modifiant très peu les autres. Je suis sûr que ça va vous plaire ! Ouvrez la fenêtre “correction sélective” (image/réglages/correction sélective) dans la partie supérieure ; choisissez la couleur à modifier et amusez vous à bouger les molettes qui agiront sur la couleur sélectionnée. Sachez tout de même qu’en modifiant une couleur, les autres seront légèrement impactées. Il vous faut donc agir avec subtilité et compromis…

Encore une fois, j’insiste, cette méthode est vraiment pour les profanes.


L’impression :

Rappel : il y a deux formats de colorimétrie le RVB (Rouge, Vert, Bleu), qui est par défaut sur votre ordinateur, et le CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir). Le RVB est réservé au digital et au numérique alors que le CMJN est l’impression traditionnelle qu’on appelle offset.

Numérique : L’avantage du numérique est de pouvoir changer les couleur au moment de l’impression. Evidemment, cela nécessite d’être présent avec l’opérateur pour vérifier les sorties test avant l'impression. Donc, une fois la chromie réalisée sur votre écran (forcément non calibré, ce qui risque de ne pas avoir le même rendu que sur l’écran de l’opérateur qui lui le sera), vous pourrez demander à l'opérateur d’agir sur la couleur, le contraste etc.. Si vous ne pouvez pas être présent, demander un BAT (bon à tirer) pour vérifier le résultat avant impression. Il sera toujours temps ensuite, pour l’opérateur, d’effectuer les modifications que vous désirez, avant de lancer vos impression.

L’offset : Il est conseillé de traiter les images en CMJN. Elles seront donc à transformer en ce format (image/mode/couleur cmjn) dans photoshop. Vous verrez, les couleurs changeront légèrement. Contrairement au numérique, une fois à l’imprimerie, non seulement il sera difficile et coûteux de modifier les couleurs, mais en plus, il est nécessaire d’être sur place au moment de l’impression. C’est là qu’interviennent les cromalins, appelés maintenant “épreuve certifiée”. Ils sont à faire au préalable de l’impression chez un spécialiste. Attention ils sont chers, env. 20 € la feuille A4. Un bon imprimeur vous en demandera certainement. Pour limiter les coûts, choisissez quelques pages types ou importantes, ce sera la référence que l’imprimeur tentera de viser.

Important : Pour vérifier une épreuve cromalin vs produit, il est impératif que les 2 soient sous une lumière adaptée. L’idéal est un banc de contrôle lumière du jour, que l’opérateur de l’épreuvage (c’est-à-dire de cromalins) ou le chromiste possède sûrement. A défaut, vérifiez-les en lumière du jour mais sous couverture nuageuse...

Il existe une exception où il faut tirer l’ensemble en cromalins, c’est le catalogue produit. En effet, un catalogue papier est la référence pour les clients. Dans ce cas, je vous conseille de donner cette étape à un professionnel de la chromie qui vous fera la chromie et les cromalins en même temps, car il vous en coûtera nettement moins cher en temps et en tirage des épreuves…

Il faut néanmoins admettre qu’en aucun cas, l’imprimeur ne pourra sortir une copie strictement conforme à l’épreuve que vous lui donnerez, car ce ne sera pas la même machine, ni le même papier.


Vous l’aurez compris, la chromie, est un métier, et les bons se font bien rares. En effet, c’est technique et il faut être très méticuleux ! Mais, je vous l’avoue, la perfection est réservée à l’industrie du luxe. Mais, il ne faut pas faire non plus n'importe quoi...