Vous payez un photographe et pour autant, l’image ne vous appartient pas !

Eh oui, it’s the law. Je vais vous expliquer pourquoi et comment bien agir pour être en règle.

Le principe : Vous achetez une image pour une diffusion et une durée bien précise. Si vous faites appel à un photographe, vous lui payez sa presta + les droits qui doivent être clairement identifiés c’est-à-dire les supports, la zone géographique (sauf web) et la durée de l’exploitation.

Pourquoi payez-vous des droits d’auteur ? Cela fait partie de la rémunération du photographe, éventuellement des mannequins et parfois autres talents ayant participé à l’image. C’est assez compréhensible car, par exemple, vous demandez une photo pour un type d’usage, comme disons une page d’un catalogue, et vous trouvez la photo si belle que vous voulez en faire une campagne pub, ce qui n’était pas prévu initialement dans le contrat. Il est alors tout à fait normal que le talent du photographe soit rémunéré en conséquence , grâce à lui vous avez fait plus de vente.

les exclusions : En général un photographe ne vous demandera pas des droits pour les photos de produits simples (packshot), pour les photos de reportage d’entreprise et celles pour internet. Plus exactement ils seront inclus dans sa prestation.

Les tarifs : Il existe des grilles tarifaires de référence, mais c’est au photographe de négocier ses tarifs pour ses droits. Il s’appuie d’ailleurs sur ces grilles.

La réalité : Beaucoup de photographes et de commanditaires ne s’embarrassent pas de ce type de contrat car dans la majeure partie des cas et lorsque les parties sont honnêtes ils ne servent à rien. Néanmoins, n’oubliez surtout pas de prévenir l’auteur en cas d’une diffusion autre que celle prévue.

Ce que vous risquez : Ne le tentez pas, si le photographe s’en aperçoit, la condamnation sera lourde, rapide et sans appel.

Les précautions à prendre : Demandez au photographe de préciser sur sa facture une mention sur les droits telle que “droits utilisation cédés tous supports sauf publicité (achat d’espace) pour une durée de 3 ans”. La mention “droit cédés toutes utilisations” sans autres précisions n’est pas recevable, mais peu de photographes le savent…

Blog et autres réseaux : C’est pareil, vous ne pouvez pas utiliser d’images sans autorisation. Néanmoins sur google image vous pouvez sélectionner par filtre les images “libre de droits”.

Les Banques d’images : C’est une solution car vous achetez les droits. Il y en a même qui sont totalement gratuites et libres de droits.

Stay cool ! Franchement, cela se passe quasiment toujours sans problème. Mais quand une entreprise a mal agit, croyez moi, elle ne se fait pas prendre 2 fois. Si jamais vous utilisez une photo sans savoir quel photographe l’avait prise, apposé ces 2 lettres “D.R.”, signifiant “droits réservés” ; vous les avez certainement déjà vues dans les magazines. Si l’auteur se manifeste vous n’aurez qu’à vous entendre avec lui et vous ne serez pas ennuyé.